VISIT OKINAWA JAPAN Official Okinawa Travel Guide

Le monde du karaté okinawaïen

Le karaté, connu sous le nom de « Heiwa no Bu », l’art martial de la paix, est pratiqué par plus de 130 millions de fervents à travers le monde. Le karaté sera pour la première fois présent aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, et continuera son expansion globale. Dans cet article, nous retournerons à Okinawa, le lieu de naissance du karaté, pour découvrir l’essence du karaté okinawaïen, son histoire et sa perpétuelle évolution.

L’âme et les principes du karaté okinawaïen

« Au karaté, n’attaque jamais en premier »
« Ne frappe pas et ne soit pas frappé. Eviter le conflit constitue le principe fondamental.»
« N’oublie jamais que le karaté débute et termine dans le respect » 

Si l’on considère les sages paroles des maîtres karatékas d’Okinawa, il est clair que le karaté est un art qui se compose de paix et de dignité. La pratique du karaté est un moyen de développer des techniques martiales sophistiquées qui se dissimulent dans le kata, mais aussi de concentrer son esprit, de vivre sa vie en suivant des règles de paix et de dignité. Ces principes profonds et intemporels sont partagés par les pratiquants du karaté à travers le monde. La voie du karaté possède une valeur universelle et transcende les frontières des différents styles, depuis le karaté traditionnel jusqu’au karaté en tant que sport moderne.

okinawa karate

Histoire de la voie du karaté okinawaïen

Pendant 450 ans, de 1429 à 1879, l’archipel d’Okinawa a formé le royaume indépendant de Ryukyu. Le grand succès de ce territoire fut alors de servir de pont entre les nations en commerçant avec les pays voisins, les influences diverses se mélangeant et s’additionnant pour évoluer en la culture unique du royaume de Ryukyu. Le karaté constitue l’un des aspects de cette culture, bien que les origines de son développement soient peu connues en raison du manque de documentation historique. Il est toutefois possible de résumer l’histoire générale du karaté depuis son lieu d’origine, Okinawa, jusqu’à nos jours.

okinawa karate
  1. Un art de l’autodéfense, appelé « Ti », a toujours existé à Okinawa. On le désigne avec le caractère « 手 / Ti » qui signifie « main ».
  2. En 1372, avant la fondation du royaume de Ryukyu, l’archipel se mit à commercer avec la Chine, ainsi qu’avec d’autres nations. Les arts martiaux y furent importés de l’Annam (Vietnam), du Siam (Thaïlande), de Malacca (Malaisie) et de Chine. Mélangés au style de combat local Ti, ces arts martiaux donnèrent naissance à une nouvelle forme d’art adaptée à la vie des Ryukyu, art qui deviendrait par la suite connu sous le nom de karaté.
  3. Durant le règne du Roi des Ryukyu, Sho Shin (1477 – 1526), la classe dominante des différents districts de l’archipel résidait à Shuri, où l’on étudiait le Ti, laquelle pratique se répandait de là pour former une partie essentielle de la culture locale. L’expansion du karaté s’est accélérée à partir de l’invasion du royaume de Ryukyu par le Satsuma en 1609, et le bannissement consécutif du port d’armes pour les autochtones.

Le Ti s’est développé au cours de la dynastie des Ryukyu et a ensuite évolué sous l’égide de maîtres tels Sokon Matsumura, Kanryo Higaonna et Kosaku Matsumora. Le karaté a ensuite été divisé en trois styles distincts : le Shuri-te, le Naha-te et le Tomari-te, et diverses ryuhas (écoles) se sont développées sur la base de ces trois styles.

En 1879, le gouvernement Meiji du Japon abolissait le royaume de Ryukyu et constituait la préfecture japonaise d’Okinawa. Alors que le karaté se diversifiait en plusieurs ryuhas (écoles), des maîtres comme Anko Itosu se lancent à cette même époque dans la modernisation du karaté pour le rendre accessible non seulement aux fervents pratiquants des arts martiaux, mais aussi aux écoliers et au grand public.

okinawa karate

Okinawa resta intégrée au Japon et le karaté devint populaire sur le continent et à l’étranger. Le type de karaté pratiqué était néanmoins propre à chaque lieu, c’est pourquoi il existe des différences entre le karaté que l’on étudie aujourd’hui à Okinawa et celui que l’on pratique dans le Japon continental. À Okinawa, les trois principaux courants qui se sont développés sont le Shorin-ryu, le Goju-ryu, et le Uechi-ryu. Le Shorin-ryu (Shorin-ryu, Matsubayashi-ryu et Isshin-ryu) est issu du Shuri-te et du Tomari-te. Le Goju-ryu est issu du Naha-te. Kanbun Uechi fonda séparément le Uechi-ryu après avoir voyagé en Chine et étudié le Pangainoon auprès du maître Shu Shiwa.

okinawa karate

Après la seconde guerre mondiale, les règles concernant les styles, les branches et les dojos furent assouplies. Des dojos purent être créés sans affiliation à une organisation spécifique. Des étudiants d’Okinawa pratiquant le karaté (les karatékas) fondèrent des dojos au Japon, et des américains qui avaient étudié le karaté lors de leur affectation dans les bases militaires d’Okinawa, rapportèrent chez eux le fruit de leurs études. Le karaté se répandit également de par le monde lorsque des habitants d’Okinawa visitèrent ou émigrèrent en Amérique du nord, en Amérique du sud et en Europe. Ces organisations et dojos satellites entretiennent toujours un lien puissant avec la source spirituelle du karaté à Okinawa.

Ces dernières années, le karaté « full contact » a gagné en popularité, et le karaté en tant que discipline sportive est sur le point de faire son entrée aux Jeux olympiques. Par ailleurs, toujours plus nombreux sont les karatékas à se rendre à Okinawa, le lieu de naissance du karaté. Les vérités universelles et la passion du karaté transcendent les styles et les courants particuliers.

L’avenir du karaté d’Okinawa

Les débuts du karaté en tant que discipline olympique placent le sport sous les feux des projecteurs. Il est important qu’Okinawa enseigne au monde l’importance de l’héritage culturel qu’est le karaté d’Okinawa et la préservation correcte de cet art pour les générations futures.

okinawa karate

À Okinawa, les maîtres de karaté séniors ont été reconnus par la préfecture comme détenteurs du patrimoine culturel intangible dans les domaines du karaté okinawaïen et des arts martiaux avec armes. Le nouveau Kaikan de karaté d’Okinawa a ouvert en 2017, et c’est désormais dans ce site que se tiennent les tournois et séminaires internationaux de karaté de l’archipel. « Okinawa, lieu de naissance du karaté » est un concept clé qui a été diffusé au Japon et à l’étranger. La Commission pour la promotion de l’enregistrement à l’UNESCO du karaté d’Okinawa a été créée par le Gouverneur préfectoral d’Okinawa dans le but de faire enregistrer le karaté d’Okinawa en tant que patrimoine culturel intangible de L’UNESCO.

okinawa karate

À Okinawa, les gens se rassemblent dans les dojos locaux pour pratiquer le karaté, peu importe l’âge ou le sexe. Le karaté renforce, sous une multitude de formes, les liens entre les gens et leur communauté locale, y compris grâce à des démonstrations d’arts martiaux pendant les festivals et les cours dans les écoles.

okinawa karate

La valeur du karaté traditionnel d’Okinawa et les échanges culturels qui se font à travers le karaté ne sont pas limités géographiquement. Le karaté peut contribuer à la culture d’un monde pacifique qui transcende les frontières nationales et les barrières politiques et raciales. Notre souhait le plus profond est de transmettre aux prochaines générations le karaté d’Okinawa, avec sa vision d’un avenir de paix pour le monde.

okinawa karate

Ecrit avec l’assistance du Centre d’informations sur le karaté d’Okinawa.

Liens de site Web utiles

Centre d’informations sur le karaté d’Okinawa
Okinawa Dento Karatedo Shinkokai *En anglais
Kaika de karaté d’Okinawa *En anglais
Commission pour l’enregistrement à l’UNESCO du karaté d’Okinawa *En anglais
Le tourisme du karaté à Okinawa ! *En anglais